Menu

Toutes nos fiches

23
Lun, Oct

Typographie
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les transports en commun

Différents types de transport en commun existent en Belgique:

  • le train;
  • les bus;
  • les trams;
  • le métro, uniquement à Bruxelles et à Charleroi;
  • les taxis.

À l’exception des taxis, chacun des types de transport est géré par une administration publique.

enseigne du metro bruxellois

Pour les trains, la société nationale de chemins de fer belges (SNCB) est compétente pour toute la Belgique:

Pour les trams et bus (et le métro à Bruxelles), chaque région est compétente:

  • en Région de Bruxelles-Capitale, la Société de Transports Intercommunaux Bruxellois (STIB) gère l’ensemble du réseau.
    À Bruxelles circulent également des bus qui viennent de la Région flamande et de la région wallonne;
  • en Région wallonne, cinq Sociétés de Transport En Commun (TEC) sont compétentes chacune pour une zone géographique déterminée:
    • TEC Brabant wallon
    • TEC Charleroi
    • TEC Hainaut
    • TEC Namur et Luxembourg
    • TEC Liège et Verviers
  • en Région flamande, la société De Lijn gère l’ensemble du réseau

Certaines catégories de personnes bénéficient de réductions, voire même de la gratuité pour leurs déplacements. Ces réductions sont liées à leur âge, à leur état de santé, à leur situation sociale ou à la taille de leur famille. Ces catégories sont déterminées de manière spécifique par chacune des administrations responsables du type de transport en commun.

Tout voyageur qui n’appartient pas à l’une de ces catégories doit payer son voyage au tarif normal.

Il y a généralement trois types de tarif:

  • le titre de transport unique, valable pour un seul voyage, avec parfois une possibilité de correspondance voire même de voyage retour;
  • la carte "multivoyages";
  • l’abonnement.

Toutes les précisions à ce sujet sont détaillées sur le site de chacune des administrations compétentes (voir "Différents types de transport en commun existent en Belgique").

La consultation des horaires est possible:

toit d'un taxi

Les taxis

Les taxis, principalement exploités par des entreprises privées, sont cependant soumis à des règles régionales qui valent de manière générale pour les taxis. Les entreprises de taxis doivent, par exemple, respecter les tarifs maximaux imposés par la réglementation.

Il existe aussi un tarif minimum de prise en charge en fonction du moment de la journée et du lieu de destination. A Bruxelles, par exemple, deux tarifs sont d’application: le tarif I à l’intérieur des 19 communes Bruxelloises et le tarif II hors du périmètre régional.

Dans chaque ville et commune urbaine on trouve des stations de taxis où le client peut directement monter dans le premier taxi de la file.

Il est également possible de réserver un taxi par téléphone en précisant le lieu et l’heure à partir desquels le transport est demandé.

Les numéros de téléphone des diverses entreprises de taxi sont disponibles dans les pages d’or de l’annuaire téléphonique ou sur le site d'INFOBEL

Pour plus d’informations:

  • en Région de Bruxelles-Capitale:  BruxellesMobilité
  • dans les autres grandes villes, les autorités communales peuvent également présenter l'offre de taxis sur leur site internet: exemples

La voiture

Le véhicule individuel le plus répandu en Belgique est la voiture.

Toute personne qui s‘engage sur la voie publique en voiture doit avoir avec elle les documents suivants:

  • le permis de conduire;
  • la carte d’identité;
  • le certificat d’assurance;
  • le certificat du contrôle technique;
  • le certificat d’immatriculation.

Le permis de conduiretip

Pour conduire une voiture, il faut être en possession d’un permis de conduire Btip.

Le permis de conduire B est obtenu suite à la réussite d’un examen théorique et d’un examen pratique. Une nouvelle réglementation est en vigueur depuis février 2014, avec des dispositions transitoires.

L’examen théorique peut être présenté par toute personne âgée de 17 ans minimum. Une fois l’examen théorique réussi, un permis de conduire provisoire peut être délivré. Le permis provisoire est valable pendant 3 ans. Il est autorisé de conduire avec ce permis provisoire, à condition d’apposer le signe L sur le véhicule et de respecter certaines conditionstip.

embouteillage routier

La préparation de l’examen pratique peut alors commencer. Deux filières existent:

  • la filière libre: le candidat à l’examen pratique prend la route avec un accompagnateur (ou guide) qu’il s’est lui-même choisi, dès qu’il a obtenu son permis provisoire;
  • l’école de conduite: le candidat à l’examen pratique commence par suivre 20 heures de cours pratiques dans une école de conduite agréée qui lui délivre, si elle estime qu’il est apte à conduire seul, un certificat d’aptitude. Il peut ensuite achever le reste de la formation sans accompagnateur.
  • Pour cette filière, il faut minimum 18 ans pour pouvoir rouler avec un permis de conduire provisoire. À noter que les cours en école de conduite sont payants.

L’examen pratique peut être présenté par toute personne âgée de 18 ans minimum. Il faut en outre s’être exercé au moins 3 mois avec un permis provisoire.

Quelle que soit la filière de préparation choisie, après deux échecs à l’examen pratique, il est obligatoire de suivre 6 heures de cours pratiques dans une école de conduite avant de pouvoir représenter l’examen pratique.

Pour plus d’informations:

Obtenir un duplicata de permis de conduire

Il est possible d’obtenir un duplicata du permis de conduire si celui-ci a été perdu, volé ou encore s’il est devenu illisible, abîmé ou que la photo est très ancienne et ne permet plus de reconnaître la personne.

Pour plus d’informations: Belgium.be - Obtenir un nouveau permis

Permis de conduire obtenu à l’étranger.

Permis européens

Un permis de conduire national européen désigne tout permis de conduire délivré par un État membre de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen.

Toute personne titulaire d’un permis de conduire national européen en cours de validité peut circuler sur les routes belges. L’échange du permis de conduire n’est pas obligatoire. Mais les permis de conduire provisoires et autres documents d’apprentissage non belges ne sont pas valables en Belgique.

En cas d’inscription d’un titulaire d’un permis national européen dans une commune belge, l’intéressé est invité à enregistrer son permis national européen.

Cet enregistrement permet, entre autres, de délivrer un permis belge lorsque le permis européen est perdu sans que le titulaire doive demander une attestation des autorités étrangères.

Pour plus d’informations:

Permis de conduire étrangers non-européens

Les permis de conduire étrangers non-européens doivent être échangés. Les demandes d’échanges se font auprès de l’administration communale.

L’administration communale complète un protocole d’échange conforme au modèle P1 Une copie de ce protocole est remise au demandeur s’il le souhaite. On y trouve des informations relatives à l’identité du titulaire du permis, à ses conditions de résidence en Belgique, à l’identification du permis présenté, à sa conformité à la législation du pays de délivrance, à sa validité. La police belge doit authentifier le permis. Si cet examen global du permis de conduire étranger est positif, un permis de conduire belge est alors délivré.

Pour plus d’informations: mobilit.belgium.be

Le certificat d’assurance

En Belgique, tous les véhicules à moteur mis en circulation doivent être obligatoirement assurés, au minimum, en responsabilité civile. L’assurance responsabilité civile indemnise les dommages corporels, matériels ou moraux causés aux tiers lors d’un accident dans lequel le conducteur du véhicule est en tort.

Une assurance en responsabilité civile intervient uniquement pour les frais occasionnés à ce tiers. Elle ne couvre pas les frais liés aux dégâts occasionnés au véhicule du conducteur. Pour que ces frais personnels soient pris en charge, il faut prendre une assurance complémentaire qui, elle, n’est pas obligatoire.

Le montant de la prime d’assurance varie en fonction de la compagnie d’assurance choisie, de l’âge du conducteur et de la puissance du véhicule. On prend également en compte le nombre éventuel d’accidents dans lesquels le conducteur a été en tort (si un conducteur a déjà provoqué un accident, il payera une prime d’assurance plus élevée que s’il n’en a jamais provoqué).

Le certificat d’assurance, également appelé "carte verte", doit obligatoirement se trouver à bord du véhicule.

Le certificat d’immatriculation

En principe, toute personne habitant en Belgique est tenue d’immatriculer son véhicule à moteur.

L’immatriculation donne droit à un certificat d’immatriculation et à une plaque minéralogique.

Pour plus d’informations:

Le certificat du contrôle techniquetip

Pour garantir la sécurité des usagers de la route, chaque véhicule doit être techniquement en règle. Le contrôle technique est le service qui examine si le véhicule répond à toutes les dispositions légales. Lors du contrôle, les freins, les phares, le châssis et les ceintures de sécurité sont notamment vérifiés.

Les frais du contrôle sont à charge du propriétaire du véhicule. Si le véhicule est refusé, son propriétaire doit résoudre le problème et faire une nouvelle fois contrôler son véhicule. Le deuxième contrôle a lieu dans la même station de contrôle que le premier.

La fréquence des contrôles dépend du véhicule et des circonstances.

Il existe deux types de contrôle:

  • les contrôles périodiques ont lieu à échéance fixe. Par exemple: un contrôle annuel est obligatoire à partir du moment où la voiture a plus de 4 ans.
  • les contrôles non périodiques n’ont pas lieu à une échéance fixée par avance mais dans certaines circonstances (Par exemple: il faut faire contrôler une voiture si on la remet en circulation ou si on la vend).

Adresses des différents centres de contrôle technique voir sur GOCA

Règles de sécurité spécifiques aux voitures

Pour assurer la sécurité personnelle du conducteur et de ses passagers, il est obligatoire d’attacher la ceinture de sécurité. Chaque voiture doit être munie d’un gilet fluorescent qui augmentera la visibilité du conducteur s’il doit sortir du véhicule en cas de panne.

La moto

Les motos sont actionnées par un moteur d’une cylindrée d’au moins 50 cm3. Pour pouvoir conduire une moto, il faut posséder un permis de conduire A.

Le permis de conduire À est obtenu suite à la réussite d’un examen théorique et d’un examen pratique. Une nouvelle réglementation est entrée en vigueur en mai 2013tip.

remarque Remarque; sur les routes belges, la personne qui possède depuis au moins 2 ans un permis de conduire B (valable pour les voitures, voir ci-dessus) peut rouler avec une moto d’une cylindrée maximale de 125 cm3 et d’une puissance maximale de 11kW. Et ce, à condition d’avoir suivi 4 heures de formation en auto-école, sans examen pratique ou théorique

Pour plus d’informations:

Comme les voitures, les motos doivent être immatriculées et leur conducteur doit prendre une assurance (voir "Le certificat d’assurance").

Pour plus d’informations: begium.be - moto

Le vélo

Les cyclistes sont des usagers faibles de la route, aussi la loi leur offre-t-elle une protection supplémentaire: les conducteurs des autres véhicules ne peuvent pas les mettre en danger et doivent, dans la plupart des cas, leur céder la priorité. Mais cela ne signifie pas que les cyclistes n’ont pas d’obligations. Tout cycliste doit respecter les règles de circulation routière pour garantir sa propre sécurité et celle des autres.

Suivant le code de la route, les cyclistes doivent toujours rouler sur les pistes cyclables, les passages et les sentiers destinés aux cyclistes. Ils doivent toujours respecter les droits des autres usagers faibles (autres cyclistes et piétons).

Pour circuler sur la voie publique à vélo, il faut équiper celui-ci:

  • d’une sonnette;
  • de bons freins à l’avant et à l’arrière (sur les vélos pour enfants, un seul frein suffit);
  • d’une lumière blanche ou jaune à l’avant et d’une lumière rouge à l’arrière;
  • d’un catadioptre blanc à l’avant et d’un catadioptre rouge à l’arrière;
  • de catadioptres sur les pédales;
  • de catadioptres dans les roues ou de pneus à flancs réfléchissants.

Le port du casque et d’un gilet fluorescent n’est pas obligatoire mais ces deux équipements sont vivement recommandés.

Il existe, dans les grandes villes belges, des systèmes de location de vélos en libre-service disponibles 24h/24h et 7 jours sur 7 (comme Villo ! à Bruxelles) et différentes associations de Cyclistes

Pour plus d’informations:

ciclyste femme

Le piéton

Les cyclistes et piétons forment ensemble le groupe des usagers faibles de la route. C’est pourquoi la loi leur offre une protection supplémentaire. Les conducteurs ne peuvent pas mettre les usagers faibles en danger et doivent, dans la plupart des cas, leur céder la priorité. Ainsi, les conducteurs doivent, par exemple, s’arrêter à un passage pour piétons. De plus, ils doivent être particulièrement attentifs aux piétons dans les rues réservées aux jeux d’enfants ou sur les passages piétonniers.

En cas d’accident, les usagers faibles sont également protégés. Si un accident survient, l’assureur du véhicule doit indemniser l’usager faible pour tous les dégâts physiques et matériels, quelle que soit la personne en tort.

Cette protection accrue ne dispense pas les piétons de respecter le code de la route. Ainsi, le piéton doit:

  • traverser dans les passages piétons et, à défaut, traverser une voie publique en ligne droite et non en oblique;
  • respecter la signalisation: traverser au feu rouge est interdit;
  • veiller à être rapidement repéré par les autres usagers de la route, en évitant notamment les vêtements sombres là où l’éclairage public est faible ou inexistant;
  • respecter les règles spécifiques pour tout déplacement en groupe sur la voie publique.

Pour plus d’informations: voir le site du Service Public Fédéral Mobilité: belgium.be - Sécurité des cyclistes et piétons

Quelques principes de base du code de la route

panneau du code de la route: 30km/h Le code de la route est un document qui reprend toutes les règles belges de sécurité routière. Il a été créé pour garantir la sécurité de tous sur la voie publique et pour organiser la circulation routière.

 
Les infractions au code de la route sont classées en 4 catégories ou degrés; les infractions du 4e degré sont les plus graves. La gravité de l’infraction détermine la fixation de la peine qui peut aller d’une amende à une peine de prison.
  • Les infractions les plus graves sont constituées par les faits suivants: transgresser l’ordre d’arrêter donnée par une personne habilitée (principalement l’agent de police);
  • inciter ou provoquer un conducteur à circuler à une vitesse excessive;
  • dépasser par la gauche un véhicule attelé ou un véhicule à plus de deux roues à l’approche du sommet d’une côte et dans les virages, lorsque la visibilité est insuffisante, sauf si le dépassement peut se faire sans franchir la ligne blanche continue délimitant la partie de la chaussée affectée à la circulation venant en sens inverse;
  • s’engager sur un passage à niveau lorsque les barrières sont en mouvement ou fermées;
  • lorsque les feux rouges clignotants sont allumés; lorsque le signal sonore fonctionne;
  • emprunter les raccordements transversaux, faire demi-tour, faire marche arrière et rouler à contre sens sur les autoroutes et les routes pour automobilestip;
  • mettre un véhicule à l’arrêt ou en stationnement sur les passages à niveau;
  • se livrer sur la voie publique à des concours de vitesse et à des épreuves sportives, sauf autorisation spéciale d’une autorité publique.

Rappelons qu’en Belgique la règle est la priorité de droite: toute rue, même plus petite, a priorité sur la rue dans laquelle circule le véhicule. Pour que cette règle ne s’applique pas, il faut un panneau précisant que l’axe emprunté est prioritaire.

Des règles de stationnement ont été fixées:
  • soit pour permettre une rotation des véhicules dans les rues commerçantes (à l’aide d’horodateurs ou d’un disque à apposer sur le pare-brise du véhicule);
  • soit pour transformer des quartiers en zones piétonnières;
  • soit pour éviter de favoriser les riverains d’un des deux côtés de la chaussée (stationnement alternatif);
  • soit pour privilégier les riverains par rapport aux personnes extérieures au quartier (à l’aide de vignettes spéciales à apposer sur le pare-brise du véhicule).

Ces règles peuvent varier d’une commune à l’autre.

Pour plus d’informations: Pour une présentation générale du code de la route et des 4 degrés d’infraction: code-de-la-route.be

Dans cette fiche