Menu

Toutes nos fiches

27
Lun, Mar

Typographie

Une personne peut décider d’effectuer tous ses paiements en espèces ou par versements à la poste (voir fiche "La poste"), et stocker son argent dans une armoire. Mais conserver des liquidités chez soi présente un risque, alors que payer une marchandise ou un service par carte bancaire, virement ou domiciliation (voir "Les divers moyens de paiement") est à la fois sûr et rapide. En outre, l’argent est plus en sécurité dans une banque. Certes, rien n’est gratuit et la banque se fait rémunérer pour ses services, il faut donc rester vigilant et suivre attentivement la gestion de son compte.

Le compte à vuetip

Définition

Le compte à vue, appelé aussi compte courant, est le maintien, sur un compte, de dépôts d’argent effectués par un client dans une banque et dont il désire pouvoir disposer "à vue", c’est-à-dire à tout moment selon ses besoins et sans délai. Le compte à vue permet d’effectuer facilement tous les paiements et encaissements grâce aux virements, domiciliations, ordres permanents, chèques...(voir "Les divers moyens de paiement"). Il est régulièrement alimenté par les revenus, salaires, pensions, retraites, allocations... Ce compte sert également de point de départ des opérations qui sont effectuées vers les autres comptes de la personne, essentiellement le compte d’épargne (voir "le compte d’épargne").

Ouverture d’un compte à vue

Liberté de choix et service bancaire de base

Toute personne physique peut ouvrir un compte dans la banque de son choix mais, comme il faut être deux pour signer un contrat, le banquier a son mot à dire. En effet, la banque est libre de refuser ou d’accepter l’ouverture d’un compte.

Cependant, la législation de certains pays de l’Union européenne prévoit un droit au compte. En Belgique, c’est le service bancaire de base. Dans ce cadre, seuls les services minimum sont délivrés: les dépôts ou retraits d’argent, les virements, ordres permanents et domiciliations ainsi que la mise à disposition d’extraits de compte. Les opérations sont autorisées pour autant qu’il y ait assez d’argent sur le compte à vue. Il n’est pas possible d’être en négatif. Le coût d’un tel compte est de maximum 14,94 euros par antip.

Pour plus d’informations sur le service bancaire de base: economie.fgov.be - Service bancaire de base

Vérifications et contrôles opérés par la banque

Le banquier s’assure de la capacité juridique de son client (il faut en principe être majeur) et vérifie aussi son identité (il est impossible d’ouvrir un compte anonyme) et son domicile (sur base d’un justificatif comme une facture d’électricité par exemple). Il prend une copie du document d’identité du client et recueille un spécimen de sa signature. A défaut d’un document d’identité, d’autres documents (comme une annexe 26 dans le cadre d’une procédure d’asile ou un permis de conduire) peuvent être pris en compte par certaines banques.

Information relative aux tarifs des services bancaires

En Belgique, cette information doit se faire au moment de l’ouverture du compte et même, sur demande du client, à tout moment au cours de l’utilisation des services de la banque.

Les tarifs applicables pour les services financiers offerts doivent être mis à la disposition des clients dans l’établissement bancaire (affichage et prospectus gratuits) au minimum une fois par an, dans le courant du mois de janvier, et le tarif des services doit être communiqué par écrit au client, le cas échéant, par extrait de compte.

La banque doit également informer ses clients des taux d’intérêts appliqués.

Par la suite, en cas de modification des tarifs ou des taux d’intérêt, elle doit en informer ses clients au préalable et par écrit (courrier personnalisé, dépliant, extrait de compte).

Une fois par an, en début d’année civile, la banque doit remettre à chaque client un document justificatif qui indique, par service, le prix unitaire de l’opération, le nombre d’opérations effectuées au cours de l’année écoulée et le total des frais annuels.

Gestion d’un compte à vue

distributeur automatique L’historique des diverses opérations réalisées à partir d’un compte à vue est repris sur des documents appelés "extraits de compte". Pour gérer un compte à vue, il importe dès lors de lire attentivement les informations reprises sur les extraits de compte.

Les extraits de compte reprennent toute une série de données importantes: les données personnelles du client (nom et numéro de compte), la date de l’extrait et son numéro, toutes les opérations effectuées par ordre chronologique depuis le dernier extrait.

Le solde de l’extrait précédent est mentionné au début, ensuite sont indiquées toutes les nouvelles opérations, leur montant et la nature de l’opération (virement, domiciliations, paiement par carte, retrait d’argent...).

L’extrait se termine par le nouveau solde du compte du client.

Un extrait bancaire peut avoir une périodicité variable (tous les jours, tous les dix jours, tous les 15 jours, tous les mois...). Il peut être payant ou gratuit. Les différentes périodicités proposées et leur coût respectif sont inscrits dans les conditions tarifaires des banques.

Il est possible de comparer les coûts des comptes à vue: test-achats.be

Il est conseillé de conserver ses extraits de compte bancaires. Ils peuvent servir à justifier les paiements, à contrôler ou contester des opérations bancaires.

Les comptes d’épargnetip

Le compte à vue (ou compte courant) propose un large éventail de services destinés à des opérations de paiement et d’encaissement. Il donne souvent droit à des intérêts, mais ce n’est pas son rôle premier.

D’autres comptes ont pour objectif de valoriser l’argent des clients. Ces comptes sont destinés à leur rapporter une rémunération (ce sont les intérêts) plus importante.

Le carnet de dépôt ou livret d’épargne ou encore compte d’épargne est un instrument d’épargne sans terme. Son titulaire peut y déposer et en retirer de l’argent à tout moment. Le dépôt d’argent est rémunéré par des intérêts.

Le compte à terme ou carnet de dépôt à terme est un placement à court terme (1 an, 2 ans, 5 ans etc) dont la durée et le taux d’intérêt sont déterminés préalablement et ne varient pas. Plus la durée du placement est longue, plus le taux d’intérêt sera élevé.

Les différents services bancaires

Les services liés à un compte bancairetip

Les principaux services bancaires sont:

Tous ces services sont généralement payants. La banque doit informer le client sur ses tarifs (voir "l’ouverture d’un compte à vue").

Les banques proposent généralement au client le choix entre:

  • une formule "package" où le client paye un forfait pour l’ensemble des services fournis avec son compte à vue;
  • une formule "à la carte" où le client paye par opération effectuée.

Pour rappel; dans le service bancaire de base où seuls les services minimum sont disponibles, le coût annuel est réduit pour permettre aux personnes démunies d’accéder à la vie économique (voir ci-dessus point ouverture d’un compte à vue).

Le système de gestion électronique des comptes par le client depuis son ordinateur personnel, appelé home banking ou pc banking, permet de réduire le coût des services bancaires.

Pour choisir une banque, il peut être intéressant de comparer ses tarifs à ceux des autres banques: Voir à ce sujet le site de Test-Achats: Calculateur

Icon retrait sur le haut d'un distributeur automatique

Les autres services proposés par les banques

Les banques proposent en outre d’autres services:

  • le crédit bancaire: la banque prête de l’argent à des particuliers (voir "La demande d’un prêt à la banque");
  • la location d’un coffre, muni d’une fermeture secrète, où le client peut ranger des documents, bijoux précieux;
  • l’achat de devises étrangères qu’il faut généralement commander au préalable;
  • les placements: la banque propose à ses clients qui ont d’importantes économies de les placer c’est-à-dire de les mettre à disposition d’entreprises ou de groupes financiers pendant des périodes plus ou moins longues et en contrepartie, le client reçoit des intérêts;
  • des assurances diverses: assurances incendie, assurance hospitalisation etc… (voir cahiers "impôts" et "assurances").

Les différentes formules bancaires peuvent être comparées entre elles sur guide-epargne.be

Les divers moyens de paiement

Un bien ou un service peut être payé de différentes manièrestip.

En espèces

Le paiement est effectué directement avec billets et pièces.

Avec une carte bancaire

La carte Bancontact/Mister Cash permet d’effectuer des paiements qui sont directement enregistrés sur le compte à vue de la personne qui paie. Ces opérations, qui nécessitent que les commerçants disposent de l’appareil adéquat, sont possibles lorsque le logo Bancontact/Mister Cash est affiché sur la porte du magasin.

La carte bancaire permet à la fois de payer un bien ou un service et à la fois de retirer de l’argent à un distributeur automatique de billets.

Le paiement par virement bancaire

Le virement est un transfert d’un montant déterminé d’un compte à vue vers un autre compte. L’argent est débité (retiré) du compte du donneur d’ordre (la personne qui paie) et crédité (ajouté) sur celui du bénéficiaire (la personne qui reçoit le paiement) grâce à un système automatisé. Le bulletin de virement se présente sous format papier et sous forme électronique. Depuis novembre 2007, le virement national a fait place au virement européen, dans la perspective de l’Union européenne de créer un espace unique de paiement européen.

Désormais, le numéro de compte a une identification internationale appelée CODE IBAN (International Bank Account Number). La banque a elle aussi un code d’identification, le CODE BIC (Bank Identifer code)

La domiciliation

Lorsqu’une personne doit régler à intervalle régulier des factures auprès de différents prestataires (factures d’eau, d’électricité, de téléphone, de gaz...), elle peut recourir à la domiciliation. La domiciliation est une convention entre le donneur d’ordre (la personne qui paie), sa banque et le bénéficiaire (la personne qui reçoit le paiement). Par cette convention, le donneur d’ordre autorise sa banque à débiter automatiquement son compte au profit du bénéficiaire sur simple demande de celui-ci. Ainsi, dès qu’une somme est due au bénéficiaire, le donneur d’ordre n’a plus à faire la démarche d’un paiement, l’ordre de ce paiement étant directement adressé à la banque par le bénéficiaire. Une domiciliation n’est pas automatique: son ouverture nécessite certaines formalités.

L’ordre permanent

L’ordre permanent est un ordre donné par le titulaire du compte d’effectuer des virements d’un montant fixe, à intervalles réguliers ou à dates fixes, au profit d’un compte donné (le compte du bénéficiaire). L’ordre permanent est très utile dans les cas où le montant à payer est fixe, tels que le loyer, le remboursement d’un crédit... Il permet de gagner du temps et évite d’oublier une échéance.

Le paiement par carte de crédit

Une carte de crédit est une carte de paiement qui permet de différer le paiement. Elle permet de payer des achats à distance et de payer des achats aux commerçants qui acceptent de telles cartes. La carte de crédit permet aussi, tout comme la carte bancaire, de retirer de l’argent (mais attention, tout retrait avec une carte de crédit génère des frais).

Ces cartes sont émises par des grandes firmes, par exemple Visa, MasterCard, American Express...

Ces firmes sont liées par contrat, d’une part au titulaire de la carte, d’autre part au commerçant ou prestataire de service acceptant la carte comme moyen de paiement. Ainsi, dès que la banque délivre une carte de crédit à un de ses clients, ce dernier signe un contrat qui fixe les droits et obligations de chacun.

Les opérations effectuées via une carte de crédit ne sont débitées (soustraites) du compte à vue de la personne qui paie qu’à la fin du mois ou au début du mois suivant.

Ces divers modes de paiement ont tous des répercussions sur le solde du compte à vue; il importe dès lors de surveiller régulièrement l’évolution d’un compte à vue pour éviter que son solde soit en négatif. Un solde en négatif signifie que la personne devra rendre à sa banque non seulement le montant qu’elle lui a prêté mais également les intérêts de ce prêttip.

La demande d’un prêt à la banque

entretien client/banquier Recevant en dépôt des sommes d’argent de nombreux clients, la banque dispose d’un certain capital qu’elle fait circuler en prêtant elle-même de l’argent. Un prêt n’est jamais gratuit: la banque se fait rémunérer ce service en facturant des intérêts au client.

Parmi les prêts, on distingue le prêt à la consommation qui est destiné à financer l’achat d’un bien de consommation: exemple, une voiture, un appareil électroménager… et le prêt hypothécaire destiné à financer l’achat d’un immeuble (terrain, maison, appartement).

Les prêts à la consommation sont le plus souvent proposés par les vendeurs eux-mêmes (dans les exemples cités ci-dessus, le concessionnaire automobile ou le vendeur d’électroménager) alors que le prêt hypothécaire nécessite de recourir à un organisme financier tel que la banque.

On distingue deux types de prêts hypothécairestip:
  • Le prêt classique est la mise à disposition ponctuelle d’une somme d’argent par la banque. Le montant de cette somme, la durée et les modalités de remboursement sont fixes et déterminés dès le départ.
  • L’ouverture de crédit est une opération par laquelle la banque met à disposition une somme d’argent que la personne peut prélever selon ses besoins dans les limites fixées. Au fur et à mesure des remboursements du capital emprunté (soit la somme d’argent empruntée, indépendamment des intérêts), le montant mis à la disposition se reconstitue et la personne qui a emprunté peut effectuer de nouveaux prélèvements.

Cette formule est intéressante essentiellement lorsque la personne fait construire son logement. Elle peut ainsi prélever l’argent au fur et à mesure de l’arrivée des factures et ne payer des intérêts que sur les sommes prélevées.

Avant de s’engager dans un prêt hypothécaire, il importe de se poser un certain nombre de questionstip.

Évaluer ses moyens financiers

Il est conseillé à la personne qui envisage d’emprunter de réaliser un bilan précis de sa capacité de remboursement en analysant sa situation actuelle mais également en se projetant dans l’avenir puisque 10, 15 ou 20 ans après l’emprunt, elle devra faire face à des échéances de remboursement. Il lui faut ainsi prendre en compte une éventuelle modification de sa situation professionnelle ou personnelle, et de celle de son éventuel co-emprunteur. Certains événements peuvent certes être couverts par des assurances (décès, maladie...), mais d’autres non (divorce, longue durée sans emploi...).

Définir sa capacité financière

Ceci revient à établir un budget dépenses-recettes. (voir fiche "la gestion du budget")

Si le montant des recettes est inférieur aux dépenses, des difficultés financières se posent. Par conséquent, il est conseillé de renoncer dans l’immédiat à tout emprunt et de régler au plus vite les retards de paiements, en essayant de réduire les dépenses courantes.

Si les recettes et dépenses sont équivalentes, il serait préférable de retarder le recours à l’emprunt, donc il vaudrait mieux renoncer à l’achat envisagé.

Enfin, si les recettes sont supérieures aux dépenses, une certaine capacité de remboursement existe, il est donc possible de recourir à un emprunt. Toutefois, il importe de veiller à ce que les remboursements du crédit ne mobilisent pas la totalité de la marge financière mensuelle disponible. En effet, l’idéal est de toujours de conserver une marge de sécurité pour faire face aux imprévus.

Remarque Remarque; si les remboursements de l’emprunt excèdent de plus de 30 % les revenus (calculés après impôts et prélèvements sociaux), il est préférable de ne pas s’engager dans une opération à crédit. En effet, un voire des crédit(s) excessif(s) mène(nt) vite à l’endettement ou au surendettement. (voir fiche "la gestion du budget")

Évaluer ses besoins immobiliers

Il est conseillé à la personne qui envisage d’emprunter de se demander si ses besoins seront les mêmes dans 6 mois, 5 ans, 10 ans. De même est-elle certaine que sa situation professionnelle ou familiale ne va pas, à court terme, l’amener à un déplacement géographique? Il faut également veiller à ce que la maison ou l’appartement envisagé ne soit ni trop petit ni trop grand.

Être au clair avec les conséquences d’une impossibilité de remboursement

En cas d’impossibilité de rembourser le prêt, la banque peut demander à un juge l’autorisation de saisir la maison ou l’appartement acheté grâce au prêt qu’elle a accordé. Le bien saisi est alors vendu en vente publique et le prix de cette vente sert à rembourser la banque.

Une telle conséquence n’est à souhaiter ni pour la personne qui emprunte – elle aura alors tout perdu, habitation et argent – ni pour la banque qui n’est pas certaine de rentrer dans ses fonds après une vente publique. C’est pourquoi on établit, dans chaque situation, une valeur approximative de ce qu’il est raisonnable de prévoir dans la capacité de remboursement de la personne qui emprunte. Les banques considèrent généralement que devoir rembourser, tout emprunt confondu, une somme représentant plus que le tiers de ses revenus n’est pas raisonnable et peut amener à une situation de surendettement (voir fiche "la gestion du budget").

epargner dans une tirelire

Comparer les offres de plusieurs banques

Il est conseillé à la personne qui veut emprunter de faire jouer la concurrence en contactant d’autres banques pour comparer leurs propositions. Elle arrivera peut-être à inciter son banquier à lui proposer de meilleures conditions que la proposition initiale. Les frais de dossier, de garantie, les assurances, le taux d’intérêt, les pénalités de remboursement anticipé... tous ces paramètres doivent être pris en considération pour choisir la meilleure offre.

Les offres des banques peuvent être comparées entre elles sur: test-achats.be - Prêts hypothécaires

Recourir à un notaire pour tout conseil juridique

Tout achat d’un immeuble requiert l’intervention d’un notaire, il est donc judicieux de s’adresser à un notaire avant l’achat, pour obtenir des conseils et précisions juridiques.

Même si le vendeur a déjà choisi un notaire, il est conseillé à l’acheteur de choisir en outre son propre notaire: les frais de la vente qui sont toujours à charge de l’acheteur ne seront pas plus élevés car le pourcentage dû pour le travail de notaire restera inchangé et le montant sera simplement divisé entre les deux. (voir fiche "Achat d’un logement", le notaire et le prêt hypothécaire).

Dans cette fiche